Extrait de
"Pique et pique et Tourneboule"

Colinot, colinette et leurs nouveaux amis : le capitaine Pipenbois, Tourneboule et la poupée Bambine sont partis en mer pour échapper aux Piquebilles, les terribles ennemis des Tourneboules. Ils s'approchent d'une île au trésor, qui a mauvaise réputation.

Pipenbois : Trois coups de rames, je vous l'avais dit : voilà l'île malséanne.
Ils accostent sur l'île, descendent du canot et le range sur un côté de la scène. Ils s'avancent vers les spectateurs et les observent un instant.
Colinot : Oh ! Tous ces singes !
Pipenbois : Oui, on m'avait dit qu'il y avait beaucoup de singes sur cette île
Colinette désignant un spectateur : Regardez celui-là avec ses longues oreilles !
Bambine de même : Et celui-ci avec son gros nez !
Colinot : Ah ! Ah ! Ah ! Il y en a un tout poilu !
Colinette : Et celui-là... Comme il est laid !
Bambine : Pas autant que l'autre là-bas.
Colinot : Eh ! Regardez celui-ci, il a le derrière tout rouge !
La crevette arrive.
La crevette : Je suis la crevette commissionnaire et j'ai un message de la part des spectateurs : Elle se tourne vers les acteurs. " Et vous-mêmes ! Vous vous êtes bien regardés ?"
Elle sort.
Tourneboule : Oui, et en attendant, on n'avance pas.
Pipenbois : Tu as raison. Bon, séparons-nous. Tourneboule et les filles, vous allez récolter le pollen des fleurs de tchoums qui sont derrière cette colline, là-bas, d'après la carte. Quant à nous, nous irons à la recherche de ce sacré trésor.
Bambine : D'accord ! On y va.
Tourneboule, Bambine et Colinette sortent.
Pipenbois : Bon, voyons cette carte... Alors, à partir du grand rocher, compter 26 pas vers l'est... Allons-y !
Ils sortent de l'autre côté mais reviennent aussitôt à reculons menacés par d'horribles pirates armés jusqu'aux dents.
Nom d'une pipe en carton, les pirates !
Les pirates arrivent en chantant :

Rap des pirates.

Anchois très menaçant : Bonjour, mes amis. Bienvenue sur notre belle île et adieu car vous ne vivrez plus très longtemps. Mais avant, je vais faire les présentations, car nous sommes civils, tout de même. Voici Marémoruk, le plus fort de tous les pirates capable de se battre seul contre tout un équipage de cuirassé.
Marémoruk : Salut ! Ah ! Ah ! Ah ! On se marre ! Ça sent la marée ! Hein ! Ah ! Ah ! Ah !
Anchois : Oui, ça, c'est une plaisanterie, mais il n'y a que lui qui comprend. Voici Frétinot, le plus faible et le plus couard de tous les pirates capables de fuir les mouches si elles sont trop nombreuses.
Frétinot : Salut ! Ah ! Ah ! Ah ! Faut pas exagérer, parce que les mouches, moi, voilà ce que j'en fait.
Il en coupe une en deux avec son grand sabre. Il la ramasse, la considère un moment puis la mange.
Torpille et Pastenague : Et nous ! Et nous ! Présente-nous aussi !
Anchois : Eh bien, voici Torpille et Pastenague, deux jumeaux qui…
Pastenague en même temps que son frère : Lui, c'est Torpille.
Torpille en même temps : Lui, c'est Pastenague
Ils se tournent l'un vers l'autre, soupçonneux.
Torpille et Pastenague : Tu es sûr que ce n'est pas le contraire ?
Anchois : Et moi ! Moi ! Je m'appelle…
Barbillon : Et moi, alors ! On m'oublie toujours !
Marémoruk : On ne t'oubliera pas le moment venu.
Les autres pirates rient.
Frétinot : J'ai déjà préparé la sauce.
Les autres pirates rient.
Torpille et Pastenague s'adressant à Pipenbois : Lui, c'est Barbillon, le mousse. C'est lui qui sera mangé quand " les vivres vinrent à manquer ! "
Les pirates rient
Barbillon faisant des moulinets avec ses nombreux couteaux : Ben, venez-y et on verra bien qui sera le plus décousu pour être farci !
Anchois : Et moi ! Moi ! Je m'appelle Anchois et je suis le roi des pirates. D'ailleurs on m'appelle Anchois premier.
Pipenbois : Ça suffit ! Que veux-tu ?
Anchois : D'abord, la carte du trésor.
Pipenbois : La voilà et fichez-nous la paix !
Colinot : Allez-vous-en ou laissez-nous partir.
Anchois : Non, non, ne bougez pas. Nous sommes désolés mais nous sommes des pirates et ne pouvons faillir à notre réputation. Aussi, nous allons vous zigouiller.
Les autres pirates : A la zigouille ! A la zigouille !
Anchois à Marémoruk : Tiens, lis-moi ce qu'il y a sur cette carte.
Marémoruk embarrassé : C'est que...
Anchois : Alors, ça vient !
Marémoruk : J'ai oublié mes lunettes, tiens lis toi.
Il donne la carte à Frétinot.
Frétinot : Oh, là, là ! Oh, là, là ! Oh, là, là !
Anchois : Eh bien quoi ?
Frétinot : Ce sont des signes barbares que je ne comprends pas.
Anchois s'empare vivement de la carte.
Anchois : Bien sûr, ignorants que vous êtes, vous ne savez pas lire. Voyons... La première lettre, c'est un A, après un P un R... ça fait...pra ?...rap ?... Oh, là, là ! Oh, là, là !... A...P...
Pipenbois lisant par dessus son épaule : "A partir du grand rocher..."
Anchois : Tu sais lire toi ?
Pipenbois : Bien sûr ! Espèce de babouin, macaque, kinkajou...
Colinot : Chimpanzé, ouistiti, sapajou...
Pipenbois : Mandrill, lagotriche, cercopithèque...
Anchois : Stop ! On les zigouille !
Les autre pirates : A la zigouille ! A la zigouille !
Pipenbois : Et après la zigouille, qui va lire la carte ?
Les pirates se regardent embarrassés.
Anchois : C'est juste. Il faut qu'il lise la carte. Lis, capitaine !
Pipenbois : Et quand j'aurais lu ?
Anchois : Ben, quand tu auras lu, vous serez zigouillés.
Les autre pirates : A la zigouille ! A la zigouille !
Anchois : Lis !
Pipenbois : Non, il nous faut des garanties !
Marémoruk : C'est quoi ça ?
Colinot : Eh bien, par exemple, que vous nous laissiez la vie sauve.
Les pirates se consultent.
Anchois : Bon, c'est d'accord, vous lisez la carte, on vous laisse la vie sauve et après, on vous zigouille.
Les autres pirates : Ouai ! A la zigouille ! A la zigouille !
Pipenbois : On n'en sortira pas !

Retour page précédente

retour page d'accueil