Extrait de

"La guerre des Fées"

La guerre est déclarée entre fées des bois et des champs et fées des villes et des banlieues. Les armées en présence se sont procuré des armes. L'Infime, nain de jardin, est chargé par le général Courtebotte de glaner quelques informations sur les armes de leurs ennemis.

L'Infime : Oh, que je n'aime pas ça… être tout seul dans cette région infestée d'ennemis… Ah ! Là ! Là ! Qu'est-ce que je vais devenir ?
Clitocybe Nébuleux : qui arrive en trombe avec Cortinaire Farouche
Je vais te le dire ce que tu vas devenir : un fantôme de nain !
L'Infime : Ne m'approchez pas… Ne me touchez pas… Je suis … Je suis allergique…
Cortinaire Farouche : Allergique ?
L'Infime : Oui, je suis allergique aux champignons… Ça me donne des boutons… Les deux autres rient. Ça y est : ça commence à me démanger…
Clitocybe Nébuleux : Que fais-tu ici ?
L'Infime courageux : Même sous la torture, je ne dirai rien.
Cortinaire Farouche : C'est ce que nous allons voir. Il tire son épée.
L'Infime : Ah ! Ça me gratte ! Ça me gratte ! Il se gratte.
Clitocybe Nébuleux arrêtant le bras de Cortinaire : Attends ! Attachons-le et allons en parler au chef.
Ils le ligotent rapidement.
L'Infime : Ah ! Non ! Comment je vais faire pour me gratter, moi ?
Cortinaire Farouche : La ferme ! On revient tout de suite. Ne bouge pas de là !
L'Infime : Eh ! Attendez, ne me laissez pas comme ça… J'avouerai tout ce que vous voudrez…
Clitocybe Nébuleux et Cortinaire Farouche sortent.
Ah ! Là ! Là ! Evidemment ça ne pouvait tomber que sur moi un truc pareil !
Le caméraman qui arrive avec une banderole de manifestant : Guerre à la guerre ! Paix ! Paix ! Guerre à la guerre ! Paix ! Paix !
L'Infime : Eh ! Oh ! Par ici !
Le caméraman : Qu'est-ce que c'est ? Où sont les autres ? J'ai perdu la manif !
L'Infime : Dites ? Vous ne pourriez pas me… ?
Le caméraman : J'ai perdu la manif ? Vous ne l'avez pas vue passer ici ?
L'Infime : Non. Mais vous ne pourriez pas me…
Le caméraman : Ça alors ! J'ai perdu la manif ! C'est trop fort…Il regarde vers les coulisses. Ah ! Je les vois ! Attendez-moi ! Il se tourne vers L'Infime. C'est une manif pour la paix. Enchanté d'avoir fait votre connaissance. Il sort en scandant : Guerre à la guerre ! Paix ! Paix !…
L'Infime : Mais c'est pas vrai ! Je ne vais pas rester ainsi… c'est pas possible… Ça me gratte ! Ça me gratte !… Et en plus, c'est que j'ai envie de faire pipi, moi !
Nonnette Voilée qui arrive avec son attirail d'infirmière : Oh ! Mais qu'est-ce qui vous arrive ?
L'Infime : Eh bien !… je… j'ai…
Nonnette Voilée : Je vois ! C'est que vous me faites une belle allergie vous !
Elle lui fourre un thermomètre dans la bouche et lui prend la tension.

Chanson de l'infirmière : Pique pique.Pique, pique...

Nonnette Voilée : Alors, racontez-moi.
L'Infime essaie de parler mais n'y arrive pas à cause du thermomètre.
L'Infime : We weu wa wou wiffe… wéwawéwoi !
Nonnette Voilée : Mais non ! Ce n'est rien ! Vous allez voir, vous serez bientôt guéri. Elle prépare la seringue.
L'Infime : Wé fou wavé wa le foi…
Nonnette Voilée lui plantant la seringue dans les fesses : Allons ! Un peu de courage. Voilà, c'est fini.
L'Infime : Wouf !
Nonnette Voilée : Dans deux jours, il n'y paraîtra plus. Elle lui retire le thermomètre.
L'Infime : Madame, aidez-moi ! Je suis attaché…
Nonnette Voilée : Allons, pas d'enfantillages ! Il y a certainement d'autres malades bien pires que vous ou des blessés qui m'attendent. Je reviendrai vous voir tantôt. Elle sort.
L'Infime : Non mais ! Voyez-vous ça ? Je n'ai vraiment pas de chance…
Le marchand d'armes qui arrive avec une caisse : Bonjour ! C'est ici que je dois livrer les armes des champignons ?
L'Infime : Heu… Oui ! Oui !
Le marchand d'armes : Bien. Je les dépose donc ici. Il place sa caisse dans un coin. Salut !
L'Infime : Eh ! Attendez !
Le marchand d'armes : Quoi ?
L'Infime : Ecoutez… c'est tordant… on m'a fait une farce. On m'a attaché.
Le marchand d'armes : Tiens, c'est vrai, vous êtes ligoté ! Je n'avais pas remarqué.
L'Infime : Les autres champignons, m'ont fait cette farce en me disant que j'étais vénéneux et qu'il fallait me désamorcer… Elle est bonne ! Non ?
Le marchand d'armes riant : Ah ! Ah ! Ah ! Oui, elle est bien bonne ! Mais vous n'avez pas l'air d'un champignon vous.
L'Infime : C'est que je suis un champignon des îles Tsushima
Le marchand d'armes : Ah !
L'Infime : Si vous pouviez me détacher, ça leur ferait une belle surprise aux autres. Vous ne trouvez pas ?
Le marchand d'armes : Ah ! Ah ! Ah ! Oui, une belle farce. Il le détache.
L'Infime : Merci ! Merci bien !
Le marchand d'armes : Bon, je file ! J'ai d'autres rendez-vous importants. Il y a des conflits un peu partout en ce moment, c'est super, ça n'arrête pas. Vous direz à vos petits copains de ne pas oublier de régler la facture. Il sort.
L'Infime : Comptez sur moi ! Il s'approche de la caisse d'armes. Voyons voir cela… On dirait des serpentins… Je vais changer cette caisse avec une autre… Ni vu, ni connu, je t'embrouille et les champignons disposeront d'armes complètement inoffensives. Il sort avec la caisse.

Retour page précédente

retour page d'accueil