Extrait de
"Comment Clown devint clown
par la septième épreuve
des fées"

 

Clown, qui, après avoir fait rire le facteur et le financier, se sent peu à peu destiné à distraire les gens pour qu'ils soient moins tristes, vient d'échapper à Ficelle, l'élève-fée, qui passe son examen et qui voudrait bien récupérer la fleur magique qu'elle lui a donnée par erreur et ignorance. Puis il revient sur scène...

Clown revient sur scène en surveillant le départ de Ficelle.
Clown : Elle est partie. Me voilà tranquille. J'ai bien cru qu'elle allait me reprendre la fleur.
La ménagère Qui arrive avec son balai et sa petite pelle : Alors bon ! Je fais des petits tas avec mon balai. Je vais chercher ma pelle pour ramasser mon petit tas. Et voilà qu'on vient marcher avec ses sales pattes sur mon petit tas pour me l'éparpiller.
Clown Voyant que c'est à lui que ça s'adresse et soulevant maladroitement les pieds : Oh, pardon Madame ! Je n'avais pas vu votre petit tas.
La ménagère : Vous n'avez pas vu mon petit tas, bien sûr. La prochaine fois, je le peindrai en rouge, ou j'y placerai dessus un feu clignotant, ou alors je mettrai une grande pancarte : Attention travaux !
Clown : Je m'excuse Madame !
La ménagère maniant son balai et sa pelle pour ramasser son petit tas : Bien sûr, bien sûr, on s'excuse et qui c'est qui est obligé de recommencer son travail ? C'est la pauvre ménagère.
Elle fait mine de lancer ce qu'elle a dans sa pelle sur les spectateurs.
Allez hop ! A la poubelle ! Eh bien voilà ! Ce bout de trottoir est bien propre maintenant. On se croirait sur la scène d'un théâtre.
Clown : D'un théâtre ?
La ménagère : Oui, ou d'un opéra.
Clown : Vous êtes allée à l'opéra ?
La ménagère : Oui !
Elle se radoucit peu à peu.
J'aime ça ! Je ne peux pas y aller souvent parce que vous savez, la paye d'une ménagère ne permet pas ce genre de chose tous les jours, mais j'aime ça. J'aime entendre chanter, j'aime les chœurs...
Clown : Et vous, vous chantez ?
La ménagère soudain en colère : Qui vous a dit que je chantais moi ? Hein ? Non mais qu'est-ce que vous croyez ? Vous m'avez bien regardée ? Vous avez vu cette dégaine ? Vous me voyez sur la scène ?...
Silence... Elle regarde à droite et à gauche et dit en confidence :
Ecoutez, je ne sais pas pourquoi, mais j'ai envie de vous dire... Oui, je chante... en secret... Quand je suis toute seule... Je chante devant mon balai, je chante devant ma serpillière, devant ma pelle et mon seau... J'aurais tant voulu être chanteuse...
Clown : Et pourquoi vous ne... ?
La ménagère de nouveau en rogne : Pourquoi, pourquoi ! Bien sûr je suis allée "les" voir et à force de "les" enquiquiner, "ils" m'ont reçue. J'ai passé une audition, oui Monsieur... Et "ils" ne m'ont pas voulue. Savez-vous pourquoi ?
Clown : Ben non !
La ménagère : Parce que j'ai pas le look !
Clown : Oh !
La ménagère : Comme je vous dis !
Clown : C'est pas juste !
La ménagère : Ça, on peut le dire !
Clown : Ah ! Là là là là là !
La ménagère : Eh oui !
Clown : Eh ben !
La ménagère : C'est comme ça !
Silence.
Clown : Qu'est-ce que ça que c'est que ça le look ?
La ménagère : Ben, justement, je ne sais pas !
Silence.
Clown soudainement : Dites, je voudrais vous entendre chanter.
La ménagère surprise, elle minaude : Oh, non alors ! ça je ne peux pas... Oh, non !
Clown : Pourquoi ? Ici, c'est la scène, et il n'y a personne que vous et moi.
La ménagère : Oh, non, je ne vais pas oser... ça alors non !...
Clown : Ecoutez, faites comme si je n'existais pas. Faites comme si j'étais votre serpillière.
La ménagère : Vous croyez ?
Clown : Mais bien sûr. J'ai vraiment envie de vous entendre chanter.
La ménagère : Bon alors... Mais qu'est-ce que je vais chanter ?
Clown : Ce que vous voulez.
La ménagère : Bon... Oh là là ! Je suis gênée ! Bon... Oh là là ! J'ai chaud !
Clown : Chantez un air d'opéra, Verdi, Wagner, Puccini et les sept rats et les sept rats...
La ménagère : Non, vous allez vous moquer de moi.
Clown : Mais non, est-ce que j'ai une tête à me moquer des gens moi ?
La ménagère : Bon... Mais alors, j'aimerais plutôt...
Clown : Quoi donc ?
La ménagère : J'aimerais plutôt vous chanter une chanson que j'ai écrite !
Clown : Oh, oui alors ! Ça c'est formidable !
La ménagère : C'est une java, la java de la ménagère, autrement dite : La java d'la Javel.
Elle chante :

"La Java d'la Javel"

Clown : Bravo ! Bravo ! C'est très joli, c'est bien chanté. Bravo !
La ménagère : Vous trouvez ?
Clown : Oh, oui alors !... Ecoutez, moi aussi je vais vous confier un secret. Je crois bien avoir trouvé à quoi je peux bien servir : Je vais organiser une troupe. Une troupe d'hommes et de femmes qui iront de par le monde pour le distraire. Car j'ai compris que le monde a besoin de se distraire.
La ménagère : Et que feront tous ses gens ?
Clown : Eh bien, il y aura des pitres comme moi... On les appellera les clowns, comme moi... Il y aura des magiciens, des musiciens, des montreurs d'animaux, des trapézistes... Et si vous voulez, vous pourriez venir avec nous...

Retour page précédente

retour page d'accueil